La consommation alimentaire : un défi majeur pour réduire son empreinte carbone

Le jour du dépassement approche, comme tous les ans, l'Homme consomme plus que ce que la Terre peut produire.

Consommer local mais surtout de saison

Suivre le cours des saisons est primordiale pour réduire son émission de gaz à effet de serre. En effet, que ces aliments soient locaux ou importés s'ils ne sont pas de saison, ils ont fortement émis du carbone, que cela soit lors du transport ou lorsqu'ils sont produits sous serre et dans des environnements consommateurs.

Il est donc nécessaire de vérifier quels aliments sont de saison pour pouvoir les acheter en circuit court, de préférence !

Mais consommer vert et local ne s'arrête pas à son assiette. Certains fournisseurs d'énergie se sont lancés le défi d'une offre 100% verte comme Eni, premier fournisseur à compenser les émissions carbone dues aux consommations de gaz de ses clients en France - particuliers et restaurateurs. D'autres encore, comme Ilek, proposent à leurs clients une énergie à la fois verte et produite localement. Un particulier ou un petit professionnel peut donc réduire son empreinte carbone grâce à une alimentation locale et plus durable, mais aussi au travers de sa consommation d'énergie - surtout quand on sait que la cuisson au gaz représente entre 15% et 30% des consommations domestiques et des restaurants.

Les fruits, légumes ou les céréales, les atouts pour manger décarboné

D'une manière générale, ces trois aliments sont produits avec une faible émission de gaz à effet de serre, ce qui fait d'eux l'alimentation décarboné par excellence, si bien-sûr ils n'ont pas fait le tour du monde pour venir dans votre assiette.

Il faut privilégier la consommation de fruits, légumineuses, légumes ou céréales non transformés pour une alimentation saine et respectueuse de la planète.

La viande est très émettrice, des substituts existent

Il faut savoir que produire de la viande et en particulier de la viande porcine a un impact néfaste sur l'environnement. En effet, plusieurs éléments sont à prendre en compte: l'animal est d'abord nourri, puis il est transporté, abattu et transformé. A chacune de ces étapes, une forte émission de gaz à effet de serre est rejetée. La viande est donc un aliment carboné.

La dernière astuce, c'est de réduire sa consommation de viande tout en trouvant des substituts protéineux tout aussi bon pour vous qu'ils ne le sont pour l'environnement. Pour résumer, une alimentation décarbonée est locale, de saison en privilégiant le végétal sur l'animal.